Site under construction

Warning: a technical problem (SQL server) prevents access to this part of the site. Thank you for your understanding.

Si on bougeait...

Ecole Demangeot (Lunéville), classe de CE2

Site under construction

Site under construction

Warning: a technical problem (SQL server) prevents access to this part of the site. Thank you for your understanding.

 

FICHE PROJET


Objectif pédagogique
 :  
  • Comprendre le fonctionnement des articulations et des muscles
  • Pratiquer une démarche d’investigation : observer, manipuler, questionner
  • Exprimer les résultats des investigations en utilisant un vocabulaire scientifique
Sujet et problématique : Les mouvements corporels (les os, les articulations, les muscles)
  • Qu’est-ce qui rend le corps solide ?
  • Quelles parties du corps bougent et quels mouvements sont possibles ?
  • Qu’est-ce qui met en mouvement les membres ?
 
Démarche expérimentale :
 
Hypothèse 1 : Certaines parties du corps sont rigides grâce aux os.
 
Hypothèse 2 : Certains mouvements sont possibles et d’autres non car toutes les articulations ne fonctionnent pas pareilles.
 
Hypothèse 3 : Ce sont les muscles qui actionnent les os.
 
 
Conclusion 1 : Le corps est solide grâce aux os qui constituent le squelette. Les mouvements sont possibles car chaque membre est constitué de plusieurs os et les os sont articulés entre eux.
 
Conclusion 2 : Il existe plusieurs sortes d’articulations par exemple « charnière » pour le coude et le genou, « rotule » pour l’épaule et la hanche.
 
Conclusion 3 : Quand un muscle se contracte il se raccourcit et tire sur un os. Le bras se plie et s’étend grâce à deux muscles.
 
Conclusion définitive :
Les mouvements du corps se font grâce aux muscles qui font bouger les os, parties articulées du squelette.
 
Origines du projet : 
  • Axe du projet d’école sur le travail de la langue orale et le vocabulaire.
  • Projet cinéma réalisé l’année passée avec la classe précédente.
  • Travailler sur le mouvement du corps puis poursuivre sur l’illusion du mouvement dans les techniques du cinéma comme succession d’images fixes des positions successives du corps (Réalisation de jouets optiques thaumatrope, folioscope, zootrope, phenakistiscope - cf. les débuts du cinéma - et réalisation de séquences vidéo en image par image).
  • Idée de réaliser un film de sciences à la manière de l’émission « C’est pas sorcier » connue des enfants et utilisée en classe : alternance de séquences d’observation « sur le terrain » avec questionnements et de séquences de manipulations dans le « laboratoire – classe » avec explications.
Difficultés rencontrées  :
D’un point de vue technique, réaliser une prise de son correcte. Beaucoup de séquences ont du être réenregistrées et post-synchronisées au montage.
D’un point de vue pédagogique, aborder à la fois les notions et le questionnement en sciences, et les notions vidéo (scénario, storyboard, tournage : cadrage, prise de son, notion de montage).
Pour une autre participation, je travaillerais en deux temps en me concentrant d’abord sur les connaissances liées à la réalisation d’un film au cours d’un petit projet de réalisation vidéo (type court-métrage de fiction).
 
Anecdotes : L’idée de mettre une touche d’humour, comme dans « C’est pas sorcier », avec la recherche de situations amusantes, l’ajout de bruitages, et le clin d’œil aux débuts du cinéma a donné lieu à des visionnements de séquences, des échanges et des essais avec de joyeux moments !
 
 
Pour l’enseignant :
Apport de ce projet pour l’enseignement des sciences dans sa classe :
Un travail - à poursuivre - sur la verbalisation et l’utilisation de vocabulaire spécifique pour questionner, expliquer.

Un coup de main a été apprécié pour la recherche de musique libre de droit.

Site under construction

Site under construction

Warning: a technical problem (SQL server) prevents access to this part of the site. Thank you for your understanding.
Revenir en haut